La troisième veie de Wim Kok

La semaine dernière, un homme politique est décédé, qui a joué un très grand rôle dans la modernisation et la privatisation des Pays-Bas durant les années 1990. Wim Kok. Kok dirigeait à cette époque une coalition « violette » de libéraux et de socio-démocrates, et son but, ce fut toujours de créer un lien entre le pragmatisme néolibéral et l’humanisme socio-démocrate. Kok était chef du parti socialiste PvdA, et il a pris la suite de l’impétueux Joop den Uyl, qui avait tendance à l’époque à glisser trop à gauche. En ce sens, tous deux, Kok et Den Uyl, représentaient leur époque : au début des années 1980, les radicaux et les années « soft » 1970 de Den Uyl arrivaient vraiment à leur fin et le pôle opposé prit rapidement de la vigueur. Il y avait un esprit néolibéral, qui voulait conduire la société comme une entreprise, ce pour quoi l’optimalisation des profits était l’un des buts les plus importants.

Cette évolution se reflète aussi clairement en astrologie mondiale. C’est le rythme des Grandes Conjonctions (GC) de Saturne et Jupiter, qui ont lieu une fois tous les 20 ans, qui détermine les changements sociétaux. Au début des années 1960, il y eut une GC qui mit en branle la révolution des « sixties », et qui a continué à gouverner l’esprit collectif jusqu’à la fin des années 1970. Mais en 1980, il y eut une nouvelle (triple, cette fois) GC et le mouvement a changé de direction, ce fut un terrible tournant parce que, pour la première fois sur un espace de 200 ans, les GC ne tombaient pas en signe de Terre mais bien en signe d’Air. La GC à venir en 2020 clôture définitivement la période de transition (1980-2020) de la Terre, pour l’Élément Air, et c’est sur cet arrière-plan que Wim Kok a joué son rôle politique.

Nous sommes toujours définis par le « paysage mondial » dans lequel nous menons notre existence, il ne peut être question qu’un individu, de sa propre volonté, mette sur pied un changement radical. Nous vivons le cosmos qui nous vit, c’est pourquoi on regarde toujours aussi le thème de l’éclipse qui a précédé la naissance, quand on définit l’horoscope d’un individu. Cela montre comment quelqu’un est ancré dans l’esprit de son époque. C’est valable au plus haut point pour les hommes politiques qui ne peuvent accéder au pouvoir que portés par la vague de l’esprit de l’époque, et donc ce fut aussi le cas pour Wim Kok. Son principal mot d’ordre était de secouer les plumes (rouges) idéologiques et de lever tous les blocages, c’était sa « troisième voie ».

WIM KOK

Dans le thème natal de Wim Kok (cliquez sur le lien ci-dessus) cela se voit très bien et tout de suite. Ce qui frappe, c’est Jupiter qui domine en Maison 1 et donc va bien sûr jouer un grand rôle dans sa vie. Jupiter est la planète de la politique, de l’élite dirigeante et c’est aussi le Maître de 10 de la carrière. À proximité du MC, se trouve la Lune, la planète du peuple, et naturellement, cela cadre très bien avec la popularité et le succès, ainsi que Ptolémée le remarque déjà dans son Tetrabiblos. La Lune est aussi Maître de 6, la maison des serviteurs, et voici qui montre que Kok était un politicien socio-démocrate et que sa carrière a commencé dans le mouvement syndical. Jupiter/Maître de 10 se trouve à quelque 5 degrés de l’Ascendant, et la Lune à comme 3 degrés du MC. Quand des planètes se trouvent à distance quasi égale d’une cuspide, elles sont en aspect « in mundo », ce qui veut dire « dans le monde ». Ce qui évoque les toujours très concrètes maisons qui montrent comment quelque chose fonctionne « dans le monde », par opposition à « in caelo », « dans le ciel » qui désigne le zodiaque.

WIM KOK

Bien qu’ils soient hors d’orbe « in caelo », la Lune et Jupiter réalisent donc un carré. Ce lien entre la Lune et Jupiter exprime sa pragmatique « troisième voie » : Jupiter élaborera des plans et la Lune fluide va surtout déliter les limitations et les obstacles. La Lune prend toujours le contrepied de Saturne, par nature rigide et conservateur, qui souvent élève des barrières. Mars enflammé, en Maître de 9 de l’idéologie et des projets de vie, fait un carré avec la Lune en Maison 10, ce qui montre à nouveau le côté socialiste de Wim Kok. Sur la cuspide de la Maison 9, la paresseuse Vénus qui est en détriment et qui montre donc qu’elle va au plus facile : ce n’est pas un esprit tatillon, Vénus est Maître de 3 des réalisations pratiques, un pragmatique donc. Si Jupiter est rétrograde, voici qui montre qu’il mettra ses plans en pratique d’une façon inusitée, contraire aux habitudes, et cela aussi, c’était sa troisième voie, qui coupait court avec le passé rouge. L’emplacement de Jupiter sous l’étoile Sadalsuud du Verseau complète le tableau. Le Verseau distille avec précaution l’eau salée des instincts grossiers jusqu’à en faire une eau douce et potable, destinée aux humains, de la bonne conduite.

Geef een reactie