Le Golden Globe pour Paul Verhoeven

Pour son film  qui est sorti cette année, Elle, le réalisateur hollandais Paul Verhoeven  a reçu, la semaine dernière, le Golden Globe, et cela a semblé lui faire grand plaisir. Le Golden Globe n’est pas, il est vrai, un Oscar, mais c’est tout de même un prix très prestigieux et Verhoeven sur sa longue carrière, à présent il a 78 ans, a reçu, chose remarquable, peu de récompenses. Pour un homme qui a fait des films à succès comme Robocop, Basic Instinct et Total Recall, cela a dû être un moment de grande satisfaction, elles ne pouvaient pas encore lui faire faux bond.

VEHOEVEN GOLDEN GLOBE

Verhoeven a toujours été très volontaire, mécontent de l’allure des choses dans le monde du cinéma hollandais, et il a essayé d’être l’un des premiers des Pays-Bas à se rendre à Hollywood. Alors qu’on lui a laissé bien peu de chances, il est tout de même réussi très brillamment, et il est bien l’unique réalisateur hollandais avec une réelle envergure internationale.  Son horoscope vaut donc sûrement le coup d’œil : cliquez sur le lien ci-dessous pour l’afficher.

PAUL VERHOEVEN

L’enthousiasme saute tout de suite aux yeux : tout près de son MC, en Maison 10, se trouve sa Pars Fortunae, ou le Point arabe de la Lune. La Lune symbolise les besoins et les désirs, c’est pourquoi la PF s’appelle aussi la Part de Faim.  Elle montre de quoi nous nous languissons, par-dessus tout. Chez Verhoeven, c’est donc signifier quelque chose dans le monde, avoir une  carrière et la reconnaissance pour ses réalisations. Il est très intéressant de voir que Saturne, Maître de 10 de la carrière et dispositeur de la Part de Faim,  est extrêmement faible, en détriment, dans l’esseulante Maison 12. Ce qui ne signifie pas qu’il n’aura guère de succès, mais cela cause assurément des frustrations, il a recueilli moins de reconnaissance que prévu compte tenu de ses prestations.

Mais il y a bel et bien de quoi compenser ce faible Maître de 10, et sur le MC, se tient l’étoile Altair, l’étoile alpha de l’Aigle, qui possède une nature Mars / Jupiter et donne un grand enthousiasme et une forte passion. L’Aigle veut s’élever pour voir comment est le ciel tout là-haut et en arrière-plan, ce thème éthique est assurément présent dans les films de Verhoeven. Il est aussi associé à un groupe de recherche sur le Jésus historique, sujet qui d’ailleurs rencontre son scepticisme. Le si faible Saturne est Maître de 9 de la spiritualité, et il ne va pas embrasser si vite une tradition religieuse qu’on lui a transmise. Altair est une étoile puissante de première magnitude, et c’est naturellement très bon pour le succès, mais l’enthousiasme d’Altair éveille souvent de la résistance dans l’entourage.

En Maison 11, qui est aussi en relation avec les marques de reconnaissance pour le travail accompli, se trouve le Grand Bénéfique, Jupiter, très fort dans son propre signe,  et Jupiter est la planète en élévation, ce qui veut dire “à la position la plus élevée” et donc bien visible dans le monde. Ce Jupiter offre une compensation pour son faible Maître de 10 en Maison 12, et pourtant il n’a pas reçu d’Oscar, pas jusqu’à présent,  mais bien un grand succès.  Mais ce qui frappe encore davantage, c’est la constellation située au bas de l’horoscope, où Soleil, Mars et Pluton se tiennent très près l’un de l’autre, une  énorme concentration de puissance.  Ceci semble donner le ton du si reconnaissable Verhoeven, ce sont toujours des thèmes en relation avec la force, la violence à l’état brut et / ou le sexe et qui, d’une certaine manière, transgressent une frontière, ce qui a fortement contribué à sa réussite.

La scène d’introduction de Basic Instinct en est un bon exemple, pendant un jeu sado-maso une célèbre popstar est brutalement assassinée, à l’aide d’un pic à glace. La caméra filme en vue plongeante, sans retenue, c’est ahurissant, et tout l’ensemble cadre naturellement très bien avec la combinaison hyper-violente Soleil-Mars-Pluton. Le Soleil est Maître de 5 de la créativité,  Mars le significateur général de la violence et du sexe, et Pluton donne la cruauté sous-jacente, qui signe si fortement l’œuvre de Verhoeven. Il ouvre les portes de l’enfer et y pointe sa caméra. Mars et le Soleil se trouvent sous la très brillante Procyon, l’étoile alpha du Petit Chien, avec une nature  Mars-Mercure, qui par son éclat, peut apporter beaucoup de succès. Mais le Petit Chien est aussi le jeune homme pragmatique qui est trop malin pour l’ordre établi (aux Pays-Bas) et c’est bien ce qu’on peut dire de Verhoeven.

C’est ici que réside son pouvoir créatif, mais il est aussi très intéressant que le Soleil soit Maître de 4 de la situation durant la jeunesse. Verhoeven a participé à la guerre dans son enfance, et la maison des parents se trouvait tout près d’installations de rampes de lancement pour les V2 allemands qui naturellement, étaient la cible de nombreux bombardements alliés. Il a dit plusieurs fois que cela lui avait laissé une influence indélébile et c’est bien sûr reflété de façon très frappante dans cet amas Soleil-Mars-Pluton. Je ne veux pas dire par là que ces bombardements soient ”l’origine” de son style de cinéma caractéristique, mais ils vont bien avec ces mêmes positions planétaires.  Le film Elle pour lequel il a reçu le Golden Globe, a de nouveau un thème typiquement cruel, une femme est violée et elle décide de se mettre à la poursuite de son violeur. La révolution solaire (RS) actuelle reflète ce thème de façon étonnante.

SOLAAR VERHOEVEN

Sur le MC, se trouve Saturne / Maître de 1, le sombre ange de la vengeance, sous Antares le Cœur du Scorpion.  Le Scorpion, c’est la bête qui pique à mort l’arrogant chasseur Orion. Orion ne chasse pas que des animaux, mais aussi des femmes ; le thème central c’est qu’Orion,  par orgueil, va trop loin et c’est ainsi que son sort est scellé, et c’est précisément ce qui arrive dans le  film. Dans les autres révolutions solaires  (RS) qui correspondent à des films à succès, on retrouve aussi le cœur du récit. Dans la RS qui correspond à Basic Instinct c’est un Mars en détriment en Taureau en Maison 12 sous la très malfaisante Algol, dans la RS de Robocop c’est un Mars en élévation sous Praesepe sur le Descendant.

Dans ce film, il est question d’un policier (Mars), un cyborg (mi- machine, mi- humain : l’élévation désigne ce qui est remarquable) qui rétablit l’ordre dans un chaos total (Praesepe). Avec un réalisateur enthousiaste et de premier plan comme Verhoeven qui lui aussi est si fortement lié à son travail,  on retrouve ses RS dans ses films, qui sont après tout, sa vie.

ROBOCOP

Geef een reactie