Anti Arès

L’étoile Antarès, le Cœur du Scorpion, avec une couleur rouge intense bien martiale, montre encore que sa sombre réputation n’est pas usurpée. Le nom de cette étoile royale très puissante, qui signe les fins de cycle et dès lors se nomme aussi l’Étoile de Mort, est dérivée de « anti-Arès ». Arès est le dieu de la Guerre, Mars, et « anti » indique qu’elle est la rivale du dieu de la Guerre.

Antarès est même plus virulent que le dieu de la Guerre/Mars lui-même. Donc si Antarès est activé, on peut s’attendre à une lutte sans merci. Bien sûr une activation d’Antarès devra toujours être jugée dans le contexte de la situation et de la nature du thème. Antarès n’est pas la mort et la fin des choses automatiquement.

Le nouveau gouvernement américain se présente…

Les événements récents aux USA ont du style d’Antarès et en effet, dans les progressions basées sur la Grande Conjonction (GC), on voit nettement une activation d’Antarès. Le thème de la GC US, comme on l’a souvent expliqué sur ce blog, est le thème du moment exact où se produit la GC de Saturne et Jupiter avant la fondation de la nation indépendante américaine. Les événements récents illustrent encore une fois que c’est un radix très efficient, bien plus efficient que d’autres thèmes qui ont été proposés. Ce radix/cette GC, on ne l’analysera pas maintenant ; aujourd’hui nous verrons les progressions (PS), Joe Biden sera intronisé et les tensions seront à leur comble. Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir les PS.

D’entrée de jeu, c’est clair : le Soleil progressé est sous Antarès (quand on prédit sur base de cartes mondiales, même si elles datent de plusieurs siècles, on verra toujours les positions des étoiles telles qu’elles le sont actuellement). Le Soleil est le significateur général du pouvoir, donc oui, ce ne pourrait être plus clair, le Sol se sépare d’Antarès par PS, mais il en ressentira l’influence pendant six mois encore. Donc ceci libère une énorme énergie martienne, et en sus, Mars lui-même est aussi actif. Les PS de Mars sont rapides pour l’instant, de l’ordre d’un degré par an, au carré de Mars natal, dans le 1er degré du Verseau, où il est placé sous l’enflammée Altaïr, la puissante étoile de l’Aigle, de nature Mars/Jupiter. Cette PS demeurera elle aussi en orbe pendant six mois encore. Jupiter progressé/Maître natal de la 10 (l’élite au pouvoir) est aussi impliqué, par opposition à Mars natal.

Bien sûr, Jupiter progressé se déplace trop lentement pour servir de lui-même dans la prédiction, mais il est activé à présent par le carré de Mars, et là il compte. Ceci se produit sur l’axe des nœuds progressé, toujours un signe de changements importants. Les facteurs qui progressent rapidement, comme la Part de Fortune (PF), la Part du Soleil ou de l’Esprit (PE) et la Lune, qui bougent d’environ un degré par mois, complètent le tableau. La PF sextile/trigone ce Jupiter progressé/Me de 10, à l’opposition de Mars natal, et ce sera fini dans un mois. La PE se trouve sous Praesepe, une nébuleuse très maléfique, qu’on associe à une lutte de pouvoir insensée et sans merci, ceci aussi sera fini d’ici un mois.

Al Haqa

La Lune progressant au travers des Manazil, demeures lunaires occidentales, donne des informations supplémentaires sur les suites pour le pays : elle quittera bientôt Al Dabaran, une demeure très enflammée et très martiale, pour passer dans la suivante. Pendant un an, la Lune est restée en Al Dabaran, à laquelle on associe l’image d’un cavalier galopant tout feu-tout flamme, en tenant un serpent : c’est une image qui cadre bien pour une année d’élection avec une polarisation extrême. La demeure qui suit est Al Haqa, son image montre une tête couronnée entourée d’étoiles, ce qui indique un roi contrôlant des désirs forts et impétueux, par un raisonnement clair et froid. La transition vers l’administration Biden ne pouvait guère être plus claire. Les activations de Mars demeureront actives pendant six mois encore, mais le summum des tensions, indiqué par les facteurs rapides, va décroître d’ici un à deux mois.

Trump en Al Sarfah

Cette semaine, des images choquantes nous sont parvenues des USA. À l’instigation du président, une foule enragée de supporters trumpistes a fait irruption au Capitole, le cœur de la démocratie US. C’est par miracle que seules quelques personnes ont perdu la vie, car la police a gardé le contrôle et cela ne s’est pas terminé en bain de sang. Ce danger était bien présent, c’est clair, avec plusieurs néo-nazis dans la bande et un appel à peine voilé de la part de Trump, de lyncher son vice-président Mike Pence. On a dû mettre ce dernier en sécurité, cela aurait été la fin de sa loyauté de chien fidèle envers Trump.

Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur les progressions du (presque) ex-président, pour le moment. Cliquez sur le bouton download ci-dessous. Ce qui frappe tout de suite, c’est la direction primaire du MC sur Saturne progressé, en son détriment, donc montrant ses plus mauvais côtés et indiquant que Trump a perdu l’élection. La Part de Fortune est sur le Plateau Sud, à présent – la Pince impitoyable du Scorpion qui rétablit brutalement l’équilibre, et la Part du Soleil, qui est particulièrement importante pour les puissants, est sur Mars progressé, dans son détriment, donc la planète guerrière montrera aussi ses côtés les plus violents. Cette conjonction tombe sur Vindemiatrix, l’étoile de l’apprenti-sorcier, qui met en branle des forces qu’il ne peut contrôler. Notez que les parts sont rapides, 1 degré = 1 mois, donc c’est tout à fait précis.

Al Sarfah

Le MC, qui bouge de 1° par an, sera sur ce vilain Saturne pour un bout de temps, et dans les six mois qui viennent, la Part du soleil sera sur le chaotique Neptune ; par antisce, la Lune progressée sera à son opposition. La même Lune peut nous en dire plus long sur ce qui se trame maintenant, d’une autre manière, par son transit des demeures lunaires. Ce sont nos demeures lunaires occidentales qui ont été oubliées, mais qui reviennent à présent. La Lune quittera la demeure Al Zubra bientôt, pour entrer dans Al Sarfah. Ce sont deux demeures du Lion, donc en lien avec les luttes de pouvoir. En Al Zubra, la demeure de la Crinière, les images montrent un guerrier lourdement armé, juché sur le dos d’un lion, no comment.

Dans la demeure suivante, Al Sarfah, le pouvoir s’effiloche ; l’image montre que le guerrier ne chevauche plus un lion, mais il est à pied, et aux prises avec un dragon ! En Al Zubra, les mots-clés sont prestige et charisme ; en Al Sarfah, séparation et combat. Donc ceci montre que nous entendrons encore parler de lui, mais dépourvu de son immunité présidentielle cette fois. Trump glisse du dos du Lion, vers sa Queue, qu’il peut encore tirer de façon très provocatrice.

En 452…

Dans le dernier article de ce blog, on a comparé les transitions des Grandes Conjonctions (GC) dans l’Élément Air, l’actuelle et celle qui eut lieu 800 ans plus tôt. À l’époque comme aujourd’hui, il y eut des évolutions très rapides, de nombreux déplacements internationaux, un changement fondamental dans l’équilibre du pouvoir et nombre d’innovations dans le domaine du savoir. Les invasions mongoles en marquèrent le pic : unis sous Gengis Khan, ils se répandirent comme une tempête à travers de nombreuses régions d’Asie, et ils occupèrent même des régions d’Europe. L’Europe, l’Occident, le pays de la matière (Terre) s’est fait attaquer par des armées venant de l’Est au moment où la période de Terre prenait fin, au profit de l’Air.

Voici qui se répète à présent, même si c’est un virus venant de l’Est qui a balayé nos frontières, et non une armée. Le virus marque le pic de la transition dans l’Air et il semble en effet que l’Occident est plus lourdement affligé par le virus que la Chine. Corona est l’instrument par lequel les USA ont perdu leur position dominante dans le monde, laissant place à un pouvoir nouveau venu de l’Est. C’est le même cycle qui se déploie et c’est très impressionnant. Mais on peut remonter un peu plus loin dans le temps, vu qu’il existe une transition comparable des GC tous les 800 ans, et celle-ci nous amène en l’an 452 quand, après une longue phase de transit, les GC se sont finalement déplacées en signes d’Air. C’est réellement étonnant, car la même chose est arrivée à l’époque.

Attila, le Fléau de Dieu

Bien sûr, chaque enfant d’âge scolaire sait que l’Empire romain d’Occident était parvenu à sa fin, même si la partie orientale perdura pendant encore 1000 ans. Mais quel changement dans l’équilibre des forces ! L’impulsion qui mit un terme à l’Empire romain est venue aussi de l’Est, et ce qui est encore plus étonnant encore, du cœur de l’Asie : c’était Attila le Hun, le Fléau de Dieu, qui pillait et ravageait l’Europe. Les tribus germaniques, craignant les attaques des Huns, s’enfuirent et envahirent l’Empire romain affaibli. Sous cette pression, il finit par s’effondrer, ce qui marqua le début d’un nouveau monde : pendant très longtemps, les Romains avaient été le pouvoir fort et dominant, et comme les êtres humains cependant, ils peuvent avoir l’air très forts mais immanquablement, ils finissent par disparaître.

Le cycle de l’Histoire, montré par les GC, va continuer impitoyablement. Ceci nous donne une vision majestueuse de l’Histoire qui donne sa place à cette époque aussi, pour être comprise et acceptée. Bien sûr, aucun historien moderne ne regarderait l’histoire de cette façon, dès lors leurs analyses sont pour la plupart, peu claires ou peu inspirantes. Jadis, c’était différent, et il est intriguant de lire combien l’astrologie était un savoir répandu dans ces temps jadis, aussi parmi les tribus mongoles qui ont conquis des continents entiers il y a 800 ans.

Astrologie mongole

L’histoire raconte qu’on attendait la naissance d’un grand homme en 1186, quand il y eut une conjonction des sept planètes en Balance : c’est l’année où Gengis Khan est né. En 1226, le même Gengis Khan, après une vie de conquêtes, aperçut cinq planètes « en file » et craignit que sa fin ne fût venue. Au milieu de cette conjonction, il y avait la GC de Saturne et Jupiter de 1226, indiquant la transition finale dans l’Élément air. On ne sait pas ce que pensa exactement le Grand Khan, ou ce que ses astrologues lui ont dit, mais il semble qu’il y avait une conscience aiguë de la signification du cycle des GC chez les Mongols. Il s’avéra que le Grand Khan avait raison : il mourut l’année suivante. Une fois que les GC furent passées en signes d’Air, les tensions aiguës commencèrent à diminuer, les Mongols qui avaient causé la crise dans l’époque de transition, commencèrent à perdre du terrain. L’Histoire n’avait pas besoin d’eux, ou de Gengis Khan, et leur rôle est parvenu à sa fin.

En 1226..

Eh oui, elle est là, la fameuse Grande Conjonction (GC) dans le 1er degré du Verseau, la « cause » de la crise du Covid, annonçant une époque de l’Élément Air. Il est fascinant de voir que tout ce que j’ai écrit, tout ce que j’ai dit tant et tant de fois, se trouve là, réellement, dans le ciel. L’astrologie, ça se passe là-bas, et pas seulement sur votre écran d’ordinateur. Maintenant que la GC a connu sa « perfection », nous pouvons nous attendre à un pic dans la crise et en effet, des mesures strictes ont été imposées, il y a une mutation du Coronavirus, la Grande-Bretagne est en isolement et un Brexit sans accord est une réelle possibilité. Le monde occidental en particulier est en difficulté : la Chine a le contrôle sur le virus, sans vaccin. C’est ce qu’il faut attendre quand une transition de la GC apporte une nouvelle puissance mondiale, donc la Chine s’en sortira mieux que les USA.

1226

Il y a 800 ans, s’est produite la même transition de la GC, de la Terre à l’Air, le 12 mars 1226. À l’époque comme aujourd’hui, ce fut une période de transition qui dura 40 ans : d’abord, après 200 ans en Terre, en 1186, la GC est passée en Balance (tout comme en 1980) ; en 1206, la GC est revenue en signe de Terre (comme en 2000), pour entrer finalement dans l’Élément Air en 1226 (comme maintenant, et aussi dans les premiers degrés du Verseau). Dans les 200 années d’Air qui ont suivi, le Gothique a flamboyé, les églises se sont élevées dans l’Air, dans la lumière, une culture de Cour raffinée s’est développée, une foule de connaissances innovantes se sont répandues à travers l’Espagne mauresque et Byzance. Les Templiers, chassés de la Terre Sainte par les armées de l’Islam, créèrent le premier réseau bancaire, ils devinrent extrêmement riches et puissants et furent réduits à néant de façon dramatique.

Cavaliers mongols

La transition, à l’époque comme maintenant, apporta beaucoup de mouvement à l’international, un changement de l’équilibre du pouvoir et des innovations dans le domaine du savoir. L’Occident, terre de la matière (Terre), l’endroit où le Soleil se couche, s’est retrouvé sous le feu de l’ennemi, une fois la période de Terre révolue. L’un des événements les plus dramatiques, ce fut l’avènement de l’empire mongol. À l’époque comme maintenant, le danger est venu de l’Est : aujourd’hui, c’est sous la forme d’un virus, à l’époque comme une déferlante d’armées mongoles supérieures aux nôtres, que rien ne semblait arrêter, qui se sont répandues sur une grande partie de l’Asie, occupant même des régions de l’Europe de l’Est. Ceci arriva au milieu de la période de transition (comme le 11 septembre) ; comme une tempête, ils semblaient venir de nulle part. L’explication peut, bien sûr, se retrouver dans les GC. On peut dire que la Blitzkrieg des cavaliers mongols était de l’Air, l’empire fut fondé en 1206 au milieu de la transition, par Gengis Khan.

Cathédrales

L’empire mongol a fini par s’effriter, mais l’équilibre du pouvoir avait basculé pour toujours. La situation actuelle est comparable à la situation de l’époque, une foule de turbulences dans le monde et une atmosphère de crise. Bien sûr, le monde (post)moderne est gouverné tout autant par les étoiles, mais il en est moins conscient que jamais : il se voit, dans son narcissisme, comme celui « qui fait l’Histoire ». C’est en tout point comparable, mais ce n’est pas la même chose. Tout comme à l’époque, la GC tombe dans les premiers degrés du Verseau, mais il s’y trouve une étoile différente à présent, à cause de la précession. Donc c’est similaire, mais rien ne se répète, il n’y a pas de cycle de « l’éternel retour ». Chaque moment est unique, parce que la créativité divine est inépuisable, c’est l’essence de la précession.

Nous voici maintenant au beau milieu de tout cela, mais si on regarde en arrière, on peut relativiser. On a perdu beaucoup de choses à l’époque, mais il y a eu aussi de nouveaux progrès. À l’époque aussi, les gens ont eu peur de l’invasion mongole, mais elle n’a pas duré longtemps. Les Croisés ont perdu la Terre Sainte, mais dans le domaine du savoir, on a gagné la partie, on a pu construire les cathédrales gothiques, ce summum inégalé du génie médiéval. Ce fut une impulsion qui a mené à nombre de progrès, pas uniquement à des pertes.

C’est sûr, l’époque de l’Air actuelle ne va pas apporter que des choses positives, mais il y aura de la place pour de beaux progrès aussi, seulement il est difficile de le voir maintenant que la crise bat son plein. Ce sont les douleurs de l’enfantement de l’Air. Et maintenant que nous laissons derrière nous la tension de la dernière conjonction, les choses vont commencer à revenir tout doucement vers la normale.

Pegasus Astrologisch Advies vous souhaite un Joyeux Noël.

(Ex ?) Président Biden

Tout d’abord : sachez que la Grande Conjonction de Saturne et Jupiter aura lieu bientôt (le 22 décembre). On peut s’attendre à un pic dans la crise. Dans de nombreux pays européens, des mesures anti-Covid plus strictes ont été prises pour contrôler la seconde vague. En 2021, toutes les conjonctions tendues de cette année seront terminées, aux Pays-Bas la situation se normalisera finalement fin mars.

La chute de Biden ?

On poursuivra cette semaine le fil de discussion des prédictions qu’on peut faire sur la présidence de Joe Biden. La semaine dernière, on a analysé les révolutions lunaires basées sur les coordonnées attendues pour l’investiture de Biden, et elles indiquaient que novembre 2021 serait une période très tendue. La question, à présent, c’est de voir les directions tertiaires calculées sur l’investiture : montrent-elles aussi des problèmes pour cette époque ? On suppose que la cérémonie aura lieu le 20 janvier à midi.

C’est simple, de calculer des directions tertiaires : on utilise la clé 1 jour = 1 mois (avec un mois de 28 jours, qui correspond à la réalité astrologico-astronomique). Donc pour avoir les positions dirigées pour octobre/novembre 2021, il suffira de faire avancer le thème d’investiture de 9 ou 10 jours (= autant de mois), donc à la date du 29-30 janvier. Les facteurs rapides comme la Lune, la Part de Fortune (Part de la Lune) et la Part du Soleil doivent être distingués clairement du reste, les facteurs lents, comme le Soleil, le MC et l’AS. En analysant les trois facteurs rapides, tenir compte du mouvement sur un mois (= 1 jour) (compter environ 13 degrés pour la Lune).

Pour voir les positions par directions tertiaires pour octobre/novembre 2021, cliquez sur le lien ci-dessus. La première chose qui saute aux yeux, c’est bien sûr l’AS qui est sous la super-maléfique Algol, et qui entre dans la zone critique qui se termine avec Aldébaran, à 10 Gémeaux. Cependant, ce n’est pas aussi dramatique qu’il n’y paraît, parce que l’investiture se produit dans la plupart des cas à la même heure et à la même date, à Washington, donc toutes les présidences ont cette direction en novembre l’année de l’investiture. Ce qui n’est pas automatiquement identique par contre, c’est la conjonction MC-Saturne par antisce (position en miroir) à l’opposition de l’AS qui passe sous Algol. Dans le thème d’investiture, Saturne est le Maître de la super-importante Maison 10.

Le Liquidateur

Un autre Maître de maison important, c’est Vénus/Maître de 1, qui passe sous l’accablant Pluton et l’étoile du destin, Terebellum, qui sont placés sur le MC du thème d’investiture. Le Soleil du leadership est conjoint à Jupiter, et dans le thème d’investiture, Jupiter est Maître de 8 de la mort et de la fin des choses. La Part de Fortune, rapide, passe sous Antarès, le Cœur du Scorpion, rouge et martial, indiquant la fin d’un cycle. La Part du Soleil, tout aussi rapide, est sous la rude Pince Sud, « Le Liquidateur » et va s’opposer à l’AS de l’investiture. La Lune sera au carré de l’axe AS/DS dirigé.

Donc les directions tertiaires confirment que Joe Biden devra affronter un très gros problème (maladie, mort ?) en novembre. Une autre façon de prédire, ce sont les profections mensuelles, comptées à partir de la Maison 1 de l’investiture (donc la Maison 1 va du 20 janvier au 20 février, la Maison 2 du 20 février au 20 mars etc.) en novembre, la profection arrivera à la Maison 10, qui a Pluton sur la cuspide. La conclusion que novembre 2021 sera très triste pour Biden, semble inévitable.

La RL de Joe Biden

Ces dernières semaines, on a passé en revue le thème d’investiture de John F. Kennedy et les techniques prévisionnelles qui montrent comment se déroule sa présidence mois par mois. Pour la durée relativement courte d’un mandat présidentiel de 48 mois, ce sont les retours ou révolutions lunaires (RL) et les progressions/directions tertiaires (1 jour = 1 mois, en comptant 28 jours/mois) qui sont les instruments de choix. Dans le cas de JFK, non seulement le thème d’investiture en montrait-il clairement la fin dramatique, à l’aide des RL et des directions tertiaires, mais il permettait aussi de prédire en quel mois le destin frapperait.

Il y a peu de temps, sur ce blog, on a évoqué le thème de la future investiture de Joe Biden, et il montrait quelques tensions. En supposant que l’investiture de Biden ait bien lieu le 20 janvier 2021 à midi comme prévu, on peut vérifier par les RL et les directions tertiaires à partir de ce thème, quand ces tensions atteindront leur maximum. Donc il faudra passer en revue toutes les RL, et la première à indiquer de gros problèmes, c’est celle qui correspond au 9 Mai.

Spica la Bénéfique

L’axe FC/MC de cette RL (qui n’est pas affichée ici) calculée sur base du thème d’investiture, est inversé par rapport au « radix » (la racine, càd le thème d’investiture). Pluton se trouve exactement au FC, Vénus/Maître de 1 est sous Alcyone, l’étoile alpha des misérables Pléiades, et elle a quitté son propre signe, ce qui lui a fait perdre beaucoup de pouvoir. Le Soleil des chefs est pile sur la cuspide de 8 de la mort. Voici qui n’a pas bel air du tout, quoique l’Ascendant soit sous Spica, l’étoile la plus bénéfique et la plus protectrice de tout le ciel : donc c’est une compensation de taille pour le problème envisagé.

Cette RL pour mai n’est pas affichée ici, parce qu’il y a une autre RL qui attire davantage l’attention, et c’est celle qui tombe le 20 octobre, et qui concerne la majeure partie du mois de novembre (Cliquez sur le bouton download ci-dessus.) Dans cette RL aussi, Pluton est en angle, mais il est pile sur l’Ascendant à présent ! Ainsi, cet Ascendant de RL est-il conjoint au MC du « radix », et la position la plus problématique du « radix » se répète sur le point le plus important du thème de RL, l’Ascendant ! Au MC se trouve l’impitoyable Pince Sud, le bulldozer cosmique qui remet tout d’aplomb, quel que soit l’individu, pas de prisonniers, cet axe MC/FC tombe mais inversé, sur l’axe AS/DS du « radix ». Uranus, l’étoile de la castration et de l’ultime « examen objectif de la réalité » se trouve sur le FC et ainsi donc se retrouve en conjonction avec l’Ascendant du « radix ».

La pince Sud du Scorpion – Pas de prisonniers

Ainsi la prédiction qui ressort, c’est que Joe Biden devra affronter un nouveau problème de taille en mai, qu’il sera capable de gérer. En novembre, ce problème (ou un autre ?) refera surface et alors il ne pourra pas l’évacuer. La semaine prochaine, on jettera un œil sur ce que les directions tertiaires ont à dire à ce sujet.

JFK, c’est Phaéton

La semaine dernière, nous avons vu le thème d’investiture de John F. Kennedy. La question était de savoir comment on pouvait voir, dans ce thème, que l’histoire se finirait de façon aussi dramatique. On a montré aussi que sur base de ce thème d’investiture, on pouvait calculer les révolutions lunaires (RL) habituelles pour suivre le déroulement de la présidence, mois après mois, jusqu’à l’assassinat de JFK. L’échelle de temps d’un mois convient naturellement très bien pour un mandat présidentiel de quatre ans. À côté des RL, on peut aussi s’adresser à une autre technique impliquant les mois : les directions tertiaires. Ce sont ces dernières que nous passerons en revue cette semaine pour, la semaine prochaine, rechercher ce que cela donne dans le thème de l’investiture à venir de Joe Biden.

1 jour = 1 mois

Les directions tertiaires fonctionnent sur base de 1 jour = 1 mois, tout comme les progressions secondaires fonctionnaient sur base de 1 jour = 1 an. Dans le calcul, ce n’est pas le mois-calendrier qu’on prend en compte, mais bien le mois astrologique/astronomique de 28 jours. On obtient donc une date qui donne les positions qui seront actives pour ce mois, comme pour les progressions secondaires. Il est très important de réaliser que c’est la seule chose que montrent les directions ou progressions ! la carte n’est pas un thème, il n’existe pas de thème dirigé ou progressé, il n’y a que des positions dirigées ou progressées.

Les directions tertiaires sur base du thème d’investiture pour le mois où JFK a été assassiné (novembre 1963) s’affichent dans le thème téléchargeable via le bouton download ci-dessus. Il est bon de se représenter que si on avance la date de calcul d’un jour, et qu’on dresse le thème pour cette date, on voit quelles positions seront actives pour le mois qui suit. Un jour représente donc toujours un mois. Et puis les vitesses des différents facteurs sont importantes : la Lune et les Parts des Luminaires (Pars Fortunae et Pars Solis) se déplacent vite, en un jour (= 1 mois), elles bougent de 13 degrés, alors que pour les trois facteurs lents Soleil, As et MC, c’est pour la plupart 1 degré.

Dans les positions tertiaires pour l’assassinat de JFK, on voit tout de suite que Mars, la planète de la violence, est revenue en direction à sa position du « radix » (celle du thème d’investiture, cf. l’article précédent). Mars est en chute et va donc montrer ses côtés les plus mauvais, les plus toxiques. Le MC passe sous Achernar, l’étoile correspondant à la chute du Char solaire dans le ciel. Le conducteur est évidemment le président (dans le mythe, c’est Phaéton). La Lune est sous Alcyone, l’étoile de l’extrêmement subtil et astucieux mais violent Petit Chien (Lee Harvey Oswald ?), et elle est venue à l’opposition de Saturne par direction (Maître de 10 de la carrière) et de Jupiter (Maître de 8 de la mort), qui est sous Terebellum, une étoile du destin.

La chute de Phaéton et le Char solaire

Alnatra

La Pars de la Lune tombe par antisce (position en miroir le long de l’axe 0 Cancer- 0 Capricorne) sur le MC (la carrière) et se trouve sur le point d’entrer en Sagittaire (la PF se déplace vite, 12 degrés sur un jour). Grâce à quoi, le Maître Jupiter est activé et Jupiter est Maître de 8 de la mort dans le thème d’investiture. Le Soleil du leader passe sur le Noeud Sud qui symbolise la sortie. Les indications sont accablantes, et les demeures lunaires aussi semblent donner ici des indications. La Lune se déplace en Aldira, après Alnatra ; Aldira est la maison de Castor, le frère mortel (les Kennedy aussi, étaient explicitement une famille). Alnatra c’est la maison de la très maléfique Praesepe, nommée aussi le Ravin. La semaine prochaine, nous analyserons le thème d’investiture de Joe Biden de la même manière.

JFK

La semaine dernière, on a parlé du thème d’investiture de Joe Biden, qui doit avoir lieu le 20 janvier, aux environs de midi (heure habituelle). Ce thème ne semblait pas très beau et voici qui soulève la question de savoir à quel point les thèmes d’investitures précédentes démontraient ce qui allait se passer. La présidence de Kennedy en est un exemple patent. D’après les données retrouvées sur internet, l’investiture de JFK a eu lieu le 20 janvier (comme d’habitude), et pour l’heure exacte cependant, ce n’était pas midi mais bien 12h51. Ce qui donne le thème qui s’affiche en cliquant sur le bouton download ci-dessous.

L’Ascendant attire l’attention tout de suite, car il tombe dans une zone notoirement critique et sous l’étoile principale des Pléiades, Alcyone. Les Pléiades sont les Sœurs en pleurs et il n’y a pas grand-chose de positif à dire à leur sujet, l’un des mots-clés étant « mort violente ». Comme bien souvent dans les thèmes d’investiture des USA, Saturne est Maître de 10 et il est conjoint à Jupiter Maître de 8 de la mort, avec un petit orbe de 3 degrés. Avec un orbe encore plus étroit, Maître de 8 sextile Vénus, Maître de 1, l’un des Maîtres de maisons les plus importants. Pile sur le MC, on trouve Mercure, il est Maître de 5 et la Maison 5 est la 8e dérivée de la X de la carrière, donc la mort du job domine la carte. Pour chaque président, est toujours possible qu’il doive mettre fin à son mandat avant terme, donc on peut interpréter Maître de 5 de cette manière.

Al Sad Al Abhiya

Selon le système des demeures lunaires arabes, la Lune est dans Al Sad Al Abhiya,gouvernée par l’étoile du Verseau, Sadalmelek. Les textes traditionnels sur les demeures lunaires ont tendance à être un peu obscurs, et tout à fait corrompus, mais que les choses soient claires : Sadalmelek est une très funeste étoile. Ses mots-clés sont « destruction terrible et soudaine », ce qui semble bien approprié en ce cas. L’ancien système arabe à 28 demeures lunaires se base sur le mouvement journalier de la Lune sur le fond des étoiles fixes visibles. Ceci cadre très bien avec la Lune puisqu’elle symbolise en particulier la vie terrestre. Le Soleil, l’autre luminaire et le plus brillant, représente plutôt le céleste et le divin, et il se déplace à travers un zodiaque invisible donc immatériel.

Part de Désespérance

Les parts planétaires contribuent à la structure négative, la Part de Mercure (AS-Part de Fortune +Pars Solis) est en opposition de Vénus/Maître de 1. La Part de Mercure représente l’essence de l’énergie planétaire, c’est la Part de Désespérance parce que, ici, toutes les connexions avec un niveau supérieur échouent, Mercure, ce sont les faits matériels à l’état pur et rien de plus.

En croisant avec les révolutions lunaires (RL) calculées sur base du thème d’investiture, on peut suivre la présidence mois par mois et on peut aussi voir quand des problèmes surgiront. La RL qui précède l’assassinat du 22 novembre 1963 est sans équivoque (non représenté ici). La Lune, Maître de 8 de la mort dans la RL, est sur le FC ; l’étoile de la mort, Antarès, est sur l’Ascendant ; l’axe des nœuds (entrée/sortie de l’existence) est sur l’axe 2/8 (mort) et l’étoile du destin Labrum, la Coupe empoisonnée, qui ne vous sera pas épargnée, est sur le MC !

Tecumseh

Donald Trump se débat encore vigoureusement, mais il ne semble pas que son séjour à la Maison Blanche puisse encore se prolonger d’une quelconque manière. Les accusations de fraude et les procès qu’intente son équipe, semblent aussi servir un autre dessein, plutôt, la mobilisation de l’arrière-garde. Et même s’il n’est plus président, Trump fera encore parler de lui et avec cette fidèle arrière-garde, qui pense sérieusement avoir été trompée, il a une base solide pour exercer une influence à l’intérieur et à l’extérieur de son parti.

Maintenant que la Grande Conjonction (GC) de Jupiter-Saturne passe finalement en signes d’Air, il faut vraiment se demander si le terreau politique du populisme de Trump n’est pas en train de disparaître petit à petit. Il se base en effet sur la résistance aux changements qu’apporte la période d’Air : la globalisation, la migration de foules, la disparition de l’industrie des énergies fossiles, la fin de la nation indépendante et le glissement du pouvoir vers l’Est. Les vingt années passées étaient, à cet égard, des années de transition, critiques et très tendues. La GC de 2000 trouvait encore place en signe de Terre, mais en décembre de cette année, ce sera définitivement terminé.

La Malédiction

Peut-être Trump est-il aussi bien content, il échappe ainsi en tout cas à la Malédiction de Tecumseh. C’était l’imprécation prêtée au chef indien Tecumseh (prononcée vers 1812) : que chaque président américain, qui serait élu dans une année divisible par 20, meure durant son mandat. Et c’est ce qui est arrivé, du moins jusqu’à Ronald Reagan (1980). Reagan a échappé de peu à une tentative d’assassinat, tout comme G.W. Bush (2000), et en outre, Bush a dû faire face au 11 septembre. Ceci suggère que l’astrologie pourrait expliquer en partie le phénomène, parce que 20 ans, c’est le cycle des GC et une nouvelle GC, se produisant toujours dans une année divisible par 20, apportera de grands changements.

Malédiction de Tecumseh ?

Donc un président élu lors d’une année de ce genre devra faire face à des tensions politiques causées par ces changements. Ce qui pourrait expliquer en partie la mort par assassinat, et non par maladie. Voici qui demeure bien un peu mystérieux, mais ce qui est certain, c’est que Joe Biden a été élu dans une période de hautes tensions politiques et dans une année concernée par la Malédiction de Tecumseh, bien que Reagan (1980) et Bush (2000) aient survécu. Ainsi donc, Biden, qui est assez âgé, court-il un risque ? Le thème de son investiture, la naissance de sa présidence, peut éclairer un peu ce sujet (cliquez sur le bouton download ci-dessous).

Investitures

Le jour, le lieu et l’heure des investitures sont toujours identiques, seules les années diffèrent, donc ces thèmes se ressemblent beaucoup. Pour pointer les caractères spécifiques d’une présidence, seuls ces éléments ne devraient pas être analysés de façon automatique pour leur position, car on a affaire à une date fixe, une heure fixe et un lieu fixe. D’entrée de jeu, celle-ci semble très ennuyeuse, car Pluton est pile sur le MC et ce n’est certes pas ce qu’on aimerait voir ! Le MC lui aussi tombe sous Terebellum, une étoile du destin, mais cela ne compte pas, puisque c’est toujours pareil.

Vénus, très importante car Maître de 1, est par antisce (position en miroir le long de l’axe 0 Cancer- 0 Capricorne) sur la cuspide de 8 de la mort, et elle se trouve sous Véga, dans le Vautour Cadent, hmmm. Saturne aussi est très important, en Maître de 10 conjoint à Jupiter Maître de 8 de la mort, situé en Maison 10. Saturne est au carré du violent Mars en détriment en Taureau, sous la violente Hamal dans la Corne du Bélier, sous Uranus castrateur dans la Maison 12 du secret. Pas joli joli. Et donc : la Malédiction de Tecumseh va-t-elle à nouveau frapper ?

Exit Donald Trump

Comme ce fut prédit plus d’une fois sur ce blog, au cours des deux dernières années, Donald Trump devra quitter la Maison Blanche. Il n’a pas été réélu et ce sera super-pénible parce qu’il n’est pas si courant qu’un président en exercice doive s’en aller. Cette prédiction exacte, on l’a faite à partir de plusieurs techniques, mais l’une des meilleures, d’autant plus s’il nous faut choisir entre deux candidats, c’est l’analyse de la révolution lunaire (RL). Le thème du mois où vous ne serez pas réélu aura l’air un peu douloureux. Ce fut le cas chez Trump : dans sa RL, le Noeud Sud (limitation douloureuse) était conjoint à la Lune (le peuple) sur son Ascendant. Il perdra la faveur populaire.

Mais d’autres techniques indiquaient aussi que le moment n’était pas propice pour Donald Trump. La direction de son MC passe au-dessus de Saturne progressé, en son détriment en Lion, encore une limitation pénible. L’actuel Maître des Fridaires de Trump est bien moins prometteur qu’il y a 4 ans. À l’époque, c’était l’expansif Noeud Nord, à présent le limitant Noeud Sud, conjoint à la Lune dans le thème natal. Cette Lune fait partie d’une éclipse lunaire totale, ainsi donc, dans le Fridaire, le Luminaire qui « s’éteint » en sera-t-il accentué.

Le Cœur du Scorpion

Il est extrêmement instructif de noter que la direction du MC dans le thème de son adversaire passe sur Antarès, l’Étoile de Mort qui signe les fins de cycle. C’est ici qu’on voit à quel point le contexte est important. Antarès, c’est le sinistre Cœur du Scorpion, l’animal qui pique à mort l’arrogant Chasseur Orion, qui se vantait d’être invincible. Il était clair qu’il y avait implication d’Orion dans cette affaire, et donc le mythe s’est joué en ce sens. Biden est devenu le Scorpion parce que Trump a joué le rôle d’Orion, et de façon très convaincante. Toutes ces prédictions et interprétations de la défaite de Donald Trump ont été faites bien avant les élections, la première ayant été publiée voici deux ans. Alors qu’on ne connaissait même pas encore son adversaire.

Tertiaires

Il existe encore une autre méthode pour réaliser des prédictions à l’échelle du mois, et ce sont les directions tertiaires, qui fonctionnent sur base d’une journée pour un mois (donc si vous devez faire progresser votre carte d’un jour, vous vous retrouvez un mois plus tard en temps réel). Comme on le sait très bien, la clé des progressions secondaires est de un jour pour un an, et les directions tertiaires s’interprètent exactement de la même manière, mais là, sur base d’un mois. Pour Trump, voici à quoi cela ressemblait (cliquez sur le bouton download ci-dessous). Notez bien qu’il ne s’agit pas d’une carte à interpréter, elle ne donne guère que des positions tertiaires. Pour les amateurs de techniques : dans les calculs, on voit un mois comme une période de 28 jours, parce que cela correspond mieux à la réalité astronomique/astrologique que le mois calendaire.

On voit tout de suite que l’Ascendant vient de changer de signe et voici bien une chose que vous n’aimeriez pas voir si vous vous appeliez Donald Trump. Car tout devrait demeurer en l’état, mais ce mouvement va apporter un changement. Le Maître du signe que l’Ascendant vient de quitter, c’est Mars : très très puissant au natal alors que le Maître du signe qui suit, Vénus, est Maître de 10 de la carrière dans son radix. C’est cette Vénus qui est activée par le changement de signe, et dans le thème natal de Trump, Vénus/Maître de 10 est conjointe à Saturne dans son détriment, ce qui n’a pas du tout l’air engageant. De plus, il quitte l’expansif Noeud Nord, sa Part de Fortune passe sur son Ascendant natal, à l’opposition de Mars des progressions tertiaires, ce qui indique une bataille. La PF quitte le Lion, plus question de solaire. Le fait qu’il passe aussi sur la puissante Regulus ne peut rien compenser : sous Regulus, il y a toujours le risque que le Roi soit déchu de son trône parce qu’il a outrepassé son pouvoir, bien trop et sans aucune pitié.